Archives mensuelles : octobre 2014

Le yoga comme exploration

Suivons peut-être Jean Bouchart d’Orval lorsqu’il énonce que  « [l]’intention refait le connu, l’attention accueille l’Inattendu. Cette exploration joyeuse, secret d’une vie passionnée, libre et tranquille, constituera, poursuit le Jean, le cœur même de nos rencontres ». Nos rencontres à nous, elles aussi, s’organisent sur une trame qui est celle de l’exploration tactile du corps — s’ouvrir à l’inconnu, ce que je suis, Pure Lumière Consciente, une découverte qui ne passe pas par la mémoire qui refait toujours et encore le même. Partir joyeusement à la découverte de la vie, voilà s’il fallait faire programme, l’élan qui me pousse à pratiquer le yoga.

Brève éloge de la fainéantise

En fin de compte, rappelle Jean Bouchart d’Orval, c’est la fainéantise qui viendra à bout de notre bêtise. Quand on sera trop fainéant pour continuer encore et encore à refaire toujours et encore ce même schéma qui nous fait gâcher la belle vie que l’on a. N’en avez-vous pas ras le bol de vous améliorer tous les jours depuis vingt ans?, peut-on lire sur son facebook. Et de poursuivre: arrêtons de nous prendre en main. On ne fait que cela de régler des problèmes..toute la journée .. et alors, interroge le sage, cela va-t-il mieux? non .. alors ..

Le regard sans les murs

La lourdeur dans la vie  ne vient pas des situations, affirme Jean Bouchart d’Orval, mais d’un malentendu, d’une simple habitude contractée dans les premières années et jamais remise en question depuis. Ce réflexe fait que tout le reste de la vie n’est plus que réactions inutiles contre un enfermement imaginaire. Pas besoin de changer de situation ni de place, ni de rechercher un Absolu; simplement voir les murs imaginaires. L’Absolu c’est le regard sans les murs. Nous n’avons pas à regarder autre chose, mais simplement voir sans point de vue. Pur Regard.