Archives mensuelles : janvier 2015

« Eveille-toi ».

« Reste par-delà l’imperfection propre aux angoisses du doute et éveille-toi. » Ainsi parle le sage, Abhinavagupta, traduit, ici aussi et je la remercie beaucoup, par Lilian Silburn.

« Ainsi, ne te fais pas de soucis inutiles ».

« Ah ! tout est essence très pure éprouvée par soi-même. Ainsi, ne te fais pas de soucis inutiles. » Voilà pour la proposition bienveillante du sage, dont nous devons la traduction en français à Lilian Silburn.

« [P]asse le temps agréablement. »

« Ne laisse rien, ne prends rien, bien établi en toi-même, tel que tu es, passe le temps agréablement », conseille le sage. La vie est simple. Voir comment on l’a complique de mille et une manière. Et il n’y a rien à faire, bien sûr. Seulement écouter.

« Ne prends ni ne laisse. »

Le sage le dit clairement et ce qu’il dit on ne veut pas l’entendre, trop soucieux de bien faire, occupé que nous sommes à vouloir réussir notre vie en se conformant à je ne sais quelle recette toute faite ou technique. Avec le yoga, se pourrait-il en être autrement?
Précisément, le sage affirme, en la matière, la chose suivante:  « Ici, nul besoin de progrès spirituel ni de contemplation, ni d’habileté de discours, ni d’enquêtes, nul besoin de méditer, ni de se concentrer, ni de s’exercer aux prières marmonnées. Quelle est, dis-moi, la Réalité ultime absolument certaine ? Écoute ceci : ne prends ni ne laisse et, tel que tu es, jouis heureusement de tout. »
Ce texte est tiré des Hymnes de Abhinavagupta, traduits et commentés par Lilian Silburn, Collège de France, Institut de Civilisation Indienne, Éditions de Boccard, Paris, 1968 (réimpression 1986).