« Ne prends ni ne laisse. »

Le sage le dit clairement et ce qu’il dit on ne veut pas l’entendre, trop soucieux de bien faire, occupé que nous sommes à vouloir réussir notre vie en se conformant à je ne sais quelle recette toute faite ou technique. Avec le yoga, se pourrait-il en être autrement? Précisément, le sage affirme, en la […]

Lire la suite

« Je crois en la religion de l’amour ».

Pratiquer avec le coeur. Reconnaissons en Abn ‘Arabi un maitre dont les vers sont doux à mes oreilles. Je le cite: Mon coeur est devenu capable D’accueillir toute forme Il est pâturage pour gazelles. Et abbaye pour moines ! Il est un temple pour idoles et la Kaaba pour qui en fait le tour, Il est les […]

Lire la suite

« Le silence du coeur ».

Pour Abn ‘Arabi, mystique et poète, que je cite ci-après  : Celui dont la langue se tait, même si son coeur ne se tait pas, allège son fardeau; celui dont la langue et le coeur se taisent tous les deux, purifie son « centre secret » (sirr) et son Seigneur s’y révèle; celui dont le coeur se […]

Lire la suite

« Se laisser consumer par le Feu ».

« La discipline sert de béquilles aux handicapés du cœur. C’est le Feu en nous qui finira par tout brûler l’inutile et même l’utile. Se laisser consumer par le Feu. » (Jean Bouchart d’Orval)

Lire la suite

Le yoga de la fainéantise

« Un jour la fainéantise viendra à bout de notre bêtise ». Affirmation provocatrice. Ce pourrait bien être le fil rouge des ateliers de yoga pour lesquels je vous fais un appel du pied qui se voudrait caresse, prolongeant ainsi l’interrogation que formule Jean Bouchart d’Orval : “En avez-vous assez d’être clair, de comprendre, de savoir où vous […]

Lire la suite

« Ô brave jeune homme » …

« Les cavales qui m’emportent m’ont conduit aussi loin que mon cœur pouvait le désirer, car elles m’ont mis sur la route abondante en signes de la divinité, route qui mène l’homme qui sait au bout de toutes choses » […] « Et la Déesse m’accueillit avec bienveillance, prit ma main droite dans sa main et m’adressa la parole […]

Lire la suite

L’Agent unique, la lumière du Coeur.

« Seule la lumière du Cœur existe et elle est l’agent de l’activité créatrice. Établie en elle-même, son activité est prise de conscience de soi et, s’ébranlant, elle est le déploiement de l’univers ». Mahārtha Mañjarī, (Cachemire, XIIe siècle), cité par Jean Bouchart d’Orval Ainsi est posé l’agent unique, agent de l’activité créatrice, ce que dit aussi […]

Lire la suite

Le yoga comme exploration

Suivons peut-être Jean Bouchart d’Orval lorsqu’il énonce que  « [l]’intention refait le connu, l’attention accueille l’Inattendu. Cette exploration joyeuse, secret d’une vie passionnée, libre et tranquille, constituera, poursuit le Jean, le cœur même de nos rencontres ». Nos rencontres à nous, elles aussi, s’organisent sur une trame qui est celle de l’exploration tactile du corps — s’ouvrir […]

Lire la suite

Brève éloge de la fainéantise

En fin de compte, rappelle Jean Bouchart d’Orval, c’est la fainéantise qui viendra à bout de notre bêtise. Quand on sera trop fainéant pour continuer encore et encore à refaire toujours et encore ce même schéma qui nous fait gâcher la belle vie que l’on a. N’en avez-vous pas ras le bol de vous améliorer […]

Lire la suite

Le regard sans les murs

La lourdeur dans la vie  ne vient pas des situations, affirme Jean Bouchart d’Orval, mais d’un malentendu, d’une simple habitude contractée dans les premières années et jamais remise en question depuis. Ce réflexe fait que tout le reste de la vie n’est plus que réactions inutiles contre un enfermement imaginaire. Pas besoin de changer de situation ni […]

Lire la suite