Pâques à la montagne

 Célébrons la vie avec le yoga !

Date: du vendredi 3 au lundi 6 avril 2015 (arrivée et départ à midi)
Lieu: Evolène, en Valais, chalet la cordée http://www.cordee.ch/html/chalet_petit.html
Prix : CHF 360.-, incluant yoga, repas et hébergement en dortoir  (sur demande, possibilité de louer une chambre à l’hôtel)

Yoga de la joie

Pratique douce et pourtant intense. Remerciement à la vie qui maintenant/déjà toujours renaît. Exploration tactile du corps qui actualise, dans l’immobilité apparente autant que dans le mouvement conscient, le pressentiment heureux que je suis déjà ce que je cherche, spatialité sans borne, vivante et vibrante. Ce yoga-là, s’il fallait lui donner un nom, est le yoga de la joie, « anandayoga » (Abhinavagupta).

PhotoEvolène

La montagne, une présence calme, en résonance à notre nature profonde. L’horizon que ce relief organise, ce lieu où la terre rencontre le ciel, se dérobe à toute volonté de le saisir, de le faire mien. Voilà bien ce qui caractérise notre nature véritable, espace infini, à jamais insaisissable. Se laisser être.

Déroulement de la journée

7h00-8h00: assise silencieuse et exercices respiratoires
8h00-10h30: yoga asanas
10h30-11h00: yoga danse en musique
11h30-12h30 : repas brunch (végétarien, en silence)
12h30-16h30: marche, repos ou lecture
17h00-18h30: yoga asanas
19h00-20h30 : repas du soir (végétarien)
20h30-21h30: assise silencieuse et discussion

Des fruits, des noix et des boissons sont disponibles avant la pratique du matin.

Vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s !

Ouvert aux praticiens de tous niveaux — débutant(e)s bienvenu(e)s —  puisqu’il s’agit ici avant d’une exploration tactile, libre de tout objectif de transformation/amélioration. Ouf, on peut se décontracter !  Se laisser être. Franchement, n’en avez-vous pas ras le bol, questionne Jean Bouchart d’Orval, de vous améliorer — encore et encore –  tous les jours depuis vingt ans? N’êtes-vous pas fatigué de vous prendre en main tout le temps, de vous fixer des objectifs professionnels, de vie amoureuse ou de santé ?  N’en avez-vous pas assez d’être clair, de comprendre, de savoir où vous allez dans la vie?

A Evolène, là-haut sur la montagne, durant trois jours, ce qui fera programme, c’est un abandon à toute prétention à s’améliorer, à toute velléité à savoir et vouloir-savoir quelque chose sur soi-même, sur les autres et le monde. Ne plus chercher à saisir, prendre ou comprendre. Au contraire, se laisser être, se laisser saisir par la vie, dans l’étonnement joyeux de la découverte à chaque fois renouvelée que qui je suis.

« N’interroge pas, ne cherche pas plus loin, mais tiens-toi bien bas et enfonce-toi dans ton non savoir et dans ton non-vouloir-savoir: dépouillé de tout, tiens-toi à ton lieu caché et inconnu » (Jean Tauler, Le Dieu caché).

Yoga tantrique du Cachemire

En résonance avec une tradition authentique, transposée au contexte contemporain et situé de l’élève, qui est celle du shivaïsme du Cachemire, nos rencontres permettront de découvrir, comme le dit mon enseignant, Eric Baret, les restrictions psycho-physiologiques qui empêchent notre organisme de fonctionner harmonieusement. Il s’en suit que la pratique proposée ici accorde cet instrument primal qu’est le corps, afin qu’il vibre en harmonie avec les courants profonds de l’existence, l’ouverture sensorielle qui en résulte, révèle Eric Baret, lumineux, s’exprimant sans limites.

Ainsi posé, les blocages, physiques ou psychiques, qui apparaîtront durant la pratique seront approchés par des mouvements non-volitifs, des poses d’observation (asanas). Blocages et mouvement se réorchestreront, indique avec bienveillance l’enseignant, dans le cours naturel de l’énergie avec l’aide du souffle libre de toute contrainte.

Des visualisations simples permettront de sentir son corps dans la spatialité : « Que l’on évoque simultanément la totalité de l’univers et de son propre corps comme s’il était fait de Conscience. Libre de dualité, l’ouverture s’éveille. » Vijnânabhairavatantra

Profil de l’enseignant

Depuis une dizaine d’années, David Gaillard, est explorateur d’une pratique, le yoga, qui est pour lui un art de vivre dans la joie. C’est la même joie qui l’habitait déjà quand, à l’âge de 10 ans, il pratiquait le hokey sur glace. Il était alors un enfant enthousiaste et libre, porté par la beauté de l’évidence de la vie que manifestait pour lui ce sport.  La pratique yogique qu’il propose maintenant, ancrée dans la tradition du yoga du Cachemire, marquée par la l’expérience directe, est résonance à cette joie.