Transposition du yoga

Thérapie, coaching. De quoi s’agit-il? Rien d’autre qu’une manière de prolonger la pratique le yoga, de ne pas réduire le yoga à la pratique sur le tapis. La yoga c’est la vie.

A partir du yoga, celui que nous pratiquons sur le tapis, par transposition, ce dont il est ici question c’est prendre conscience de son fonctionnement au quotidien, en dehors du tapis donc, avec sa famille, entre amis, au travail, avec un inconnu.

Sur le tapis, yoga postural, yoga de l’écoute et du non contact. Il s’agit de voir nos mécanismes de toujours vouloir s’appuyer sur le sol pour nous grandir, nous affirmer, et ainsi prétendre à soi-même et aux autres que je suis un bon yogi (de toute manière personne vous regarde, trop préoccupé par soi-même), de toujours vouloir aller plus loin, nous étirer plus, de combattre telle ou telle tension.

Ici, yoga traditionnel, yoga du non contact, on ne cherche pas à s’appuyer sur le sol  mais à se déployer, librement, légèrement, selon des axes, organisés autour de la colonne vertébrale, des lignes de forces, simultanément vers le haut et vers le bas, en diagonal, latéralement. Si le sol est dur ce n’est pas le sol qui est dur c’est ma résistance au sol qui est dure, c’est la réaction du corps qui fait que je sens le sol dure.

Transpostion dans notre quotidien qui est lui aussi organisé autour de la peur, du contrôle et de la défense. Non? Proposition alternative : ne pas chercher à se défendre. C’est la défense qui agresse, c’est ma résistance à la situation qui me fait souffrir. Il n’y a rien à manger dans les situations, rappelle le sage. Le problème ne vient pas de la situation. C’est moi dans la situation qui est le problème. Ce que l’on cherche, la tranquillité, on ne la trouve pas dans les situations. La tranquillité, cela ne peut pas se garder, se fixer dans une situation. La vie est dynamisme, mouvement.  Le bonheur est dans l’instant.

Excercice du yoga du quotidien: voir que l’on est toujours en train de sortir de l’instant. On a toujours une histoire dans la tête, on veut l’imposer aux autres et on s’oppose ce qui est, on est frustré, malheureux, en souffrance.